Updated: Monday February 02, 2015/AlEthnien Rabi' Thani 13, 1436/Somavara Magha 13, 1936, at 08:33:57 PM

 

CANADA

 

 

 

 

 


CONSOLIDATION

 

 

 

 

 

Canada Evidence Act


CODIFICATION

 

 

 

 

 

Loi sur la preuve au

Canada


 

 

 

 

 

R.S.C., 1985, c. C-5                                                     L.R.C. (1985), ch. C-5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Current to March 16, 2014

 

 

Last amended on July 15, 2013


À jour au 16 mars 2014

 

 

Dernière modification le 15 juillet 2013


 

 

 

 

 


Published by the Minister of Justice at the following address:

http://laws-lois.justice.gc.ca


Publié par le ministre de la Justice à l’adresse suivante :

http://lois-laws.justice.gc.ca


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


OFFICIAL STATUS OF CONSOLIDATIONS


CARACTÈRE OFFICIEL DES CODIFICATIONS


 

 


 

 

 

 

 

 

Published consolidation is evidence

 

 

 

 

 

Inconsistencies in Acts


Subsections 31(1) and (2) of the Legislation Revision  and  Consolidation  Act,  in  force  on June 1, 2009, provide as follows:

 

 

31.(1)Every copy of a consolidated statute or consolidated regulation published by the Minister under this Act in either print or electronic form is ev- idence of that statute or regulation and of its contents

and every copy purporting to be published by the Minister is deemed to be so published, unless the contrary is shown.

(2)In the event of an inconsistency between a consolidated statute published by the Minister under this Act and the original statute or a subsequent amendment as certified by the Clerk of the Parlia-

ments under the Publication of Statutes Act, the orig- inal statute or amendment prevails to the extent of the inconsistency.


Les paragraphes 31(1) et (2) de la Loi sur la révision et la codification des textes législatifs, en vigueur le 1er  juin 2009, prévoient ce qui suit:

31.(1)Tout exemplaire d'une loi codifiée ou d'un règlement codifié, publié par le ministre en vertu de la présente loi sur support papier ou sur support élec- tronique, fait foi de cette loi ou de ce règlement et de

son contenu. Tout exemplaire donné comme publié par le ministre est réputé avoir été ainsi publié, sauf preuve contraire.

(2)Les dispositions de la loi d'origine avec ses modifications subséquentes par le greffier des Parle- ments en vertu de la Loi sur la publication des lois l'emportent sur les dispositions incompatibles de la

loi codifiée publiée par le ministre en vertu de la pré- sente loi.


 

 

 

 

 

Codifications comme élément de preuve

 

 

 

 

 

Incompatibilité

— lois


 

 

NOTE                                                                        NOTE

 


This consolidation is current to March 16, 2014. The last amendments came into force on July 15, 2013. Any   amendments   that   were   not   in   force   as of March 16, 2014 are set out at the end of this docu- ment   under   the   heading   “Amendments   Not   in Force”.


Cette codification est à jour au 16 mars 2014. Les dernières  modifications  sont  entrées  en  vigueur le 15 juillet 2013. Toutes modifications qui n'étaient pas en vigueur au 16 mars 2014 sont énoncées à la fin de ce document sous le titre « Modifications non en vigueur ».


TABLE OF PROVISIONS                                                                     TABLE ANALYTIQUE

 

Section

 

 

An Act respecting witnesses and

Page

Article

 

 

Loi concernant les témoins et la preuve

Page

 

evidence

 

 

 

 

 

SHORT TITLE

1

 

TITRE ABRÉGÉ

1

1

Short title

1

1

Titre abrégé

1

 

PART I

1

 

PARTIE I

1

 

APPLICATION

1

 

APPLICATION

1

2

Application

1

2

Application

1

 

WITNESSES

1

 

TÉMOINS

1

3

Interest or crime

1

3

Intérêt ou crime

1

4

Accused and spouse

1

4

Accusé et conjoint

1

5

Incriminating questions

2

5

Questions incriminantes

2

6

Evidence of person with physical

disability

 

2

6

Témoignage de personnes ayant une

déficience physique

 

2

6.1

Identification of accused

3

6.1

Identification de l’accusé

3

7

Expert witnesses

3

7

Témoins experts

3

8

Handwriting comparison

3

8

Comparaison d’écriture

3

9

Adverse witnesses

3

9

Témoins opposés

3

10

 

11

Cross-examination as to previous

statements

Cross-examination as to previous oral statements

 

4

 

4

10

 

11

Contre-interrogatoire au sujet de

déclarations antérieures

Contre-interrogatoire au sujet de déclarations antérieures orales

 

4

 

4

12

Examination as to previous convictions

5

12

Interrogatoire sur condamnations

antérieures

 

5

 

OATHS AND SOLEMN AFFIRMATIONS

5

 

SERMENTS ET AFFIRMATIONS SOLENNELLES

5

13

Who may administer oaths

5

13

Qui peut recevoir le serment

5

14

Solemn affirmation by witness instead of

oath

 

5

14

Affirmation solennelle au lieu du serment

5

15

Solemn affirmation by deponent

6

15

Affirmation solennelle par le déposant

6

16

Witness whose capacity is in question

6

16

Témoin dont la capacité mentale est mise

en question

 

6

16.1

Person under fourteen years of age

7

16.1

Témoin âgé de moins de quatorze ans

7

 

JUDICIAL NOTICE

8

 

ADMISSION DOFFICE

8

17

Imperial Acts, etc.

8

17

Lois impériales, etc.

8

18

Acts of Canada

8

18

Lois fédérales

8

 

DOCUMENTARY EVIDENCE

8

 

PREUVE DOCUMENTAIRE

8

19

Copies by Queen’s Printer

8

19

Exemplaires de l’imprimeur de la Reine

8

20

Imperial proclamations, etc.

8

20

Proclamations impériales, etc.

8

21

 

22

Proclamations, etc., of Governor General

 

Proclamations, etc., of lieutenant

8

21

 

22

Proclamations, etc. du gouverneur

général

Proclamations, etc. des lieutenants-

 

8

 

governor

9

 

gouverneurs

9

23

Evidence of judicial proceedings, etc.

10

23

Preuve des procédures judiciaires, etc.

10

24

Certified copies

11

24

Documents officiels

11


Canada Evidence — March 16, 2014

 

 

Section

 

25

 

 

Books and documents

Page

 

11

Article

 

25

 

 

Livres et documents

Page

 

11

26

Books kept in offices under Government

of Canada

 

12

26

Livres tenus dans les bureaux du

gouvernement du Canada

 

12

27

 

28

Notarial acts in Quebec

 

Notice of production of book or

13

27

 

28

Actes notariés dans la province de

Québec

Avis de production d’un livre ou d’une

 

13

 

document

13

 

pièce

13

29

Copies of entries

14

29

Copies des inscriptions

14

30

Business records to be admitted in

evidence

 

16

30

Les pièces commerciales peuvent être

admises en preuve

 

16

31

Definitions

20

31

Définitions

20

31.1

 

31.2

Authentication of electronic documents

 

Application of best evidence rule —

21

31.1

 

31.2

Authentification de documents

électroniques

Règle de la meilleure preuve —

 

21

 

electronic documents

21

 

documents électroniques

21

31.3

Presumption of integrity

21

31.3

Présomption de fiabilité

21

31.4

Presumptions regarding secure electronic

signatures

 

22

31.4

Signatures électroniques sécurisées —

présomptions

 

22

31.5

Standards may be considered

22

31.5

Normes à considérer

22

31.6

Proof by affidavit

22

31.6

Preuve par affidavit

22

31.7

Application

23

31.7

Application

23

31.8

Definitions

23

31.8

Définitions

23

32

Order signed by Secretary of State

24

32

Décret signé par le secrétaire d’État

24

33

Proof of handwriting of person certifying

24

33

Preuve de l’écriture de celui qui certifie

24

34

Attesting witness

24

34

Témoin instrumentaire

24

35

Impounding of forged instrument

24

35

Dépôt des documents fabriqués

24

36

Construction

24

36

Interprétation

24

 

INTERPRETATION

25

 

DÉFINITION

25

36.1

Definition of official

25

36.1

Définition de fonctionnaire

25

 

SPECIFIED PUBLIC INTEREST

25

 

RENSEIGNEMENTS DINTÉRÊT PUBLIC

25

37

Objection to disclosure of information

25

37

Opposition à divulgation

25

37.1

Appeal to court of appeal

27

37.1

Appels devant les tribunaux d’appel

27

37.2

Limitation periods for appeals to

Supreme Court of Canada

 

27

37.2

Délai de demande d’autorisation d’en

appeler à la Cour suprême du Canada

 

27

37.3

Protection of right to a fair trial

27

37.3

Protection du droit à un procès équitable

27

 

INTERNATIONAL RELATIONS AND NATIONAL

DEFENCE AND NATIONAL SECURITY

 

28

 

RELATIONS INTERNATIONALES ET DÉFENSE ET SÉCURITÉ NATIONALES

 

28

38

Definitions

28

38

Définitions

28

38.01

Notice to Attorney General of Canada

29

38.01

Avis au procureur général du Canada

29

38.02

Disclosure prohibited

31

38.02

Interdiction de divulgation

31

38.03

Authorization by Attorney General of

Canada

 

32

38.03

Autorisation de divulgation par le

procureur général du Canada

 

32

38.031

Disclosure agreement

32

38.031

Accord de divulgation

32

38.04

Application to Federal Court — Attorney

General of Canada

 

32

38.04

Demande à la Cour fédérale : procureur

général du Canada

 

32

38.05

Report relating to proceedings

35

38.05

Rapport sur l’instance

35

38.06

Disclosure order

35

38.06

Ordonnance de divulgation

35

38.07

Notice of order

36

38.07

Avis de la décision

36


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 

 

Section

 

38.08

 

 

Automatic review

Page

 

36

Article

 

38.08

 

 

Examen automatique

Page

 

36

38.09

Appeal to Federal Court of Appeal

36

38.09

Appel à la Cour d’appel fédérale

36

38.1

Limitation periods for appeals to

Supreme Court of Canada

 

37

38.1

Délai de demande d’autorisation d’en

appeler à la Cour suprême du Canada

 

37

38.11

Special rules — hearing in private

37

38.11

Règles spéciales : audience à huis clos

37

38.12

Protective order

38

38.12

Ordonnance de confidentialité

38

38.13

Certificate of Attorney General of

Canada

 

38

38.13

Certificat du procureur général du

Canada

 

38

38.131

Application for review of certificate

40

38.131

Demande de révision du certificat

40

38.14

Protection of right to a fair trial

41

38.14

Protection du droit à un procès équitable

41

38.15

Fiat

42

38.15

Fiat du procureur général du Canada

42

38.16

Regulations

42

38.16

Règlements

42

38.17

Annual report

43

38.17

Rapport annuel

43

 

CONFIDENCES OF THE QUEENS PRIVY

COUNCIL FOR CANADA

 

43

 

RENSEIGNEMENTS CONFIDENTIELS DU

CONSEIL PRIVÉ DE LA REINE POUR LE

 

 

 

 

 

CANADA

43

39

Objection relating to a confidence of the

Queen’s Privy Council

 

43

39

Opposition relative à un renseignement confidentiel du Conseil privé de la Reine pour le Canada

 

 

 

43

 

PROVINCIAL LAWS OF EVIDENCE

44

 

LOIS PROVINCIALES CONCERNANT LA PREUVE

44

40

How applicable

44

40

Mode d’application

44

 

STATUTORY DECLARATIONS

44

 

DÉCLARATIONS SOLENNELLES

44

41

Solemn declaration

44

41

Déclaration solennelle

44

 

INSURANCE PROOFS

45

 

PREUVES DES ASSURANCES

45

42

Affidavits, etc.

45

42

Affidavits, etc.

45

 

PART II

45

 

PARTIE II

45

 

APPLICATION

45

 

APPLICATION

45

43

Foreign courts

45

43

Tribunaux étrangers

45

 

INTERPRETATION

45

 

DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION

45

44

Definitions

45

44

Définitions

45

45

Construction

45

45

Interprétation

45

 

PROCEDURE

46

 

PROCÉDURE

46

46

Order for examination of witness in

Canada

 

46

46

Ordre d’interroger un témoin au Canada

46

47

Enforcement of the order

46

47

Exécution de l’ordonnance

46

48

Expenses and conduct money

47

48

Frais des témoins

47

49

Administering oath

47

49

Prêter serment

47

50

Right of refusal to answer or produce

document

 

47

50

Le témoin a droit de refuser de répondre

ou de produire une pièce

 

47

51

Rules of court

47

51

Règles de pratique

47

 

PART III

48

 

PARTIE III

48

 

APPLICATION

48

 

APPLICATION

48

52

Application of this Part

48

52

Application

48


Canada Evidence — March 16, 2014

 

 

Section

 

 

 

OATHS AND SOLEMN AFFIRMATIONS

Page

 

49

Article

 

 

 

SERMENTS ET AFFIRMATIONS SOLENNELLES

Page

 

49

53

Oaths taken abroad

49

53

Serments déférés à l’étranger

49

 

DOCUMENTARY EVIDENCE

49

 

PREUVE DOCUMENTAIRE

49

54

Documents to be admitted in evidence

49

54

Les documents doivent être admis en preuve

 

49

 

SCHEDULE

 

 

ANNEXE

 

 

DESIGNATED ENTITIES

51

 

ENTITÉS DÉSIGNÉES

51

 

RELATED PROVISIONS

52

 

DISPOSITIONS CONNEXES

52

 

AMENDMENTS NOT IN FORCE

53

 

MODIFICATIONS NON EN VIGUEUR

53


R.S.C., 1985, c. C-5                                                L.R.C., 1985, ch. C-5

 

 

 

An Act respecting witnesses and evidence               Loi concernant les témoins et la preuve

 

SHORT TITLE                                                        TITRE ABRÉGÉ


 

Short title                    1.This Act may be cited as the Canada Evi- dence Act.

R.S., c. E-10, s. 1.


1.Loi sur la preuve au Canada.

S.R., ch. E-10, art. 1.


Titre abrégé


 

PART I                                                                    PARTIE I

 

APPLICATION                                                                                          APPLICATION


Application                  2.This Part applies to all criminal proceed- ings and to all civil proceedings and other mat- ters whatever respecting which Parliament has

jurisdiction.

R.S., c. E-10, s. 2.


2.La présente partie s’applique à toutes les procédures pénales et civiles ainsi qu’à toutes les autres matières de compétence fédérale.

S.R., ch. E-10, art. 2.


Application


 

WITNESSES                                                                                                 TÉMOINS


 

Interest or crime          3.A person is not incompetent to give evi- dence by reason of interest or crime.

R.S., c. E-10, s. 3.


3.Nul n’est inhabile à témoigner pour cause d’intérêt ou de crime.

S.R., ch. E-10, art. 3.


Intérêt ou crime


 

Accused and spouse

 

 

 

 

 

 

 

Accused and spouse


4.(1)Every person charged with an of- fence, and, except as otherwise provided in this section, the wife or husband, as the case may

be, of the person so charged, is a competent witness for the defence, whether the person so charged is charged solely or jointly with any other person.

(2)The wife or husband of a person charged with an offence under subsection 136(1) of the Youth Criminal Justice Act or with an offence

under any of sections 151, 152, 153, 155 or

159, subsection 160(2) or (3), or sections 170 to 173, 179, 212, 215, 218, 271 to 273, 280 to

283, 291 to 294 or 329 of the Criminal Code, or an attempt to commit any such offence, is a competent and compellable witness for the prosecution without the consent of the person charged.


4.(1)Toute personne accusée d’infraction, ainsi que, sauf disposition contraire du présent article, le conjoint de la personne accusée, est

habile à témoigner pour la défense, que la per- sonne ainsi accusée le soit seule ou conjointe- ment avec une autre personne.

 

 

(2)Le conjoint d’une personne accusée soit d’une infraction visée au paragraphe 136(1) de la Loi sur le système de justice pénale pour les

adolescents,  ou  à  l’un  des  articles  151,  152,

153, 155 ou 159, des paragraphes 160(2) ou (3)

ou des articles 170 à 173, 179, 212, 215, 218,

271 à 273, 280 à 283, 291 à 294 ou 329 du Code criminel, soit de la tentative d’une telle infraction, est un témoin habile à témoigner et contraignable pour le poursuivant sans le consentement de la personne accusée.


Accusé et conjoint

 

 

 

 

 

 

 

Accusé et conjoint


Canada Evidence — March 16, 2014

 


Communications during marriage

 

 

 

 

 

Offences against young persons


(3)No husband is compellable to disclose any communication made to him by his wife during  their  marriage,  and  no  wife  is  com-

pellable to disclose any communication made to her by her husband during their marriage.

(4)The wife or husband of a person charged with an offence against any of sections 220,

221, 235, 236, 237, 239, 240, 266, 267, 268 or

269 of the Criminal Code where the com- plainant or victim is under the age of fourteen years is a competent and compellable witness for the prosecution without the consent of the person charged.


(3)Nul ne peut être contraint de divulguer une communication que son conjoint lui a faite durant leur mariage.

 

 

 

(4)Le   conjoint   d’une   personne   accusée d’une infraction visée à l’un des articles 220,

221, 235, 236, 237, 239, 240, 266, 267, 268 ou

269 du Code criminel, lorsque le plaignant ou la victime est âgé de moins de quatorze ans, est un témoin habile à témoigner et contraignable pour le poursuivant sans le consentement de la personne accusée.


Communications faites durant le mariage

 

 

 

 

Infractions à l’égard des jeunes


Saving                            (5)Nothing  in  this  section  affects  a  case where the wife or husband of a person charged with an offence may at common law be called

as a witness without the consent of that person.

 

 

Failure to testify          (6)The failure of the person charged, or of the wife or husband of that person, to testify shall not be made the subject of comment by

the judge or by counsel for the prosecution.

R.S., 1985, c. C-5, s. 4; R.S., 1985, c. 19 (3rd Supp.), s. 17;

2002, c. 1, s. 166.


(5)Le présent article n’est pas applicable au cas    le  conjoint  d’une  personne  accusée d’une infraction peut, d’après la common law,

être appelé à témoigner sans le consentement de cette personne.

(6)Le défaut de la personne accusée, ou de son conjoint, de témoigner ne peut faire le sujet de commentaires par le juge ou par l’avocat du

poursuivant.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 4; L.R. (1985), ch. 19 (3 e suppl.), art. 17; 2002, ch. 1, art. 166.


Réserve

 

 

 

 

 

 

Défaut de témoigner


 

Incriminating questions

 

 

 

 

 

 

Answer not admissible against witness

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidence of person with physical disability


5.(1)No witness shall be excused from an- swering any question on the ground that the an- swer to the question may tend to criminate him,

or may tend to establish his liability to a civil proceeding at the instance of the Crown or of any person.

(2)Where with respect to any question a witness objects to answer on the ground that his answer may tend to criminate him, or may tend

to establish his liability to a civil proceeding at the instance of the Crown or of any person, and if but for this Act, or the Act of any provincial legislature, the witness would therefore have been  excused  from  answering  the  question, then although the witness is by reason of this Act or the provincial Act compelled to answer, the answer so given shall not be used or admis- sible in evidence against him in any criminal trial or other criminal proceeding against him thereafter taking place, other than a prosecution for perjury in the giving of that evidence or for the giving of contradictory evidence.

R.S., 1985, c. C-5, s. 5; 1997, c. 18, s. 116.

6.(1)If a witness has difficulty communi- cating by reason of a physical disability, the court may order that the witness be permitted to


5.(1)Nul témoin n’est exempté de ré- pondre à une question pour le motif que la ré- ponse à cette question pourrait tendre à l’incri-

miner, ou pourrait tendre à établir sa responsabilité dans une procédure civile à l’ins- tance de la Couronne ou de qui que ce soit.

(2)Lorsque, relativement à une question, un témoin s’oppose à répondre pour le motif que sa  réponse  pourrait  tendre  à  l’incriminer  ou

tendre à établir sa responsabilité dans une pro- cédure civile à l’instance de la Couronne ou de qui que ce soit, et si, sans la présente loi ou toute loi provinciale, ce témoin eût été dispensé de répondre à cette question, alors, bien que ce témoin soit en vertu de la présente loi ou d’une loi provinciale forcé de répondre, sa réponse ne peut être invoquée et n’est pas admissible en preuve contre lui dans une instruction ou procé- dure pénale exercée contre lui par la suite, sauf dans le cas de poursuite pour parjure en rendant ce témoignage ou pour témoignage contradic- toire.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 5; 1997, ch. 18, art. 116.

6.(1)Le tribunal peut ordonner la mise à la disposition du témoin qui éprouve de la diffi- culté  à  communiquer  en  raison  d’une  défi-


Questions incriminantes

 

 

 

 

 

 

Réponse non admissible contre le témoin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoignage de personnes ayant une déficience physique


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


 

 

 

Evidence of person with mental disability


give evidence by any means that enables the evidence to be intelligible.

(2)If a witness with a mental disability is determined under section 16 to have the capaci- ty to give evidence and has difficulty communi-

cating by reason of a disability, the court may order that the witness be permitted to give evi- dence by any means that enables the evidence to be intelligible.


cience physique, des moyens de communica- tion par lesquels il peut se faire comprendre.

(2)Le tribunal peut rendre la même ordon- nance à l’égard du témoin qui, aux termes de l’article 16, a la capacité mentale pour témoi-

gner mais qui éprouve de la difficulté à com- muniquer.


 

 

 

Capacité mentale du témoin


Inquiry                           (3)The court may conduct an inquiry to de- termine if the means by which a witness may be permitted to give evidence under subsection

(1) or (2) is necessary and reliable.

R.S., 1985, c. C-5, s. 6; 1998, c. 9, s. 1.


(3)Le tribunal peut procéder à une enquête pour déterminer si les moyens mis à la disposi- tion du témoin visé par le présent article sont

nécessaires et fiables.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 6; 1998, ch. 9, art. 1.


Enquête


 

Identification of accused


6.1For greater certainty, a witness may give evidence as to the identity of an accused whom the witness is able to identify visually or in any

other sensory manner.

1998, c. 9, s. 1.


6.1Il est entendu qu’un témoin peut témoi- gner quant à l’identité d’un accusé en se fon- dant sur sa perception sensorielle visuelle ou

autre.

1998, ch. 9, art. 1.


 

Identification de l’accusé


Expert witnesses         7.Where, in any trial or other proceeding, criminal or civil, it is intended by the prosecu- tion or the defence, or by any party, to examine

as witnesses professional or other experts enti- tled according to the law or practice to give opinion evidence, not more than five of such witnesses may be called on either side without the leave of the court or judge or person presid- ing.

R.S., c. E-10, s. 7.


7.Lorsque, dans un procès ou autre procé- dure pénale ou civile, le poursuivant ou la dé- fense, ou toute autre partie, se propose d’inter-

roger  comme  témoins  des  experts professionnels ou autres autorisés par la loi ou la pratique à rendre des témoignages d’opinion, il ne peut être appelé plus de cinq de ces té- moins de chaque côté sans la permission du tri- bunal, du juge ou de la personne qui préside.

S.R., ch. E-10, art. 7.


 

Témoins experts


 

Handwriting comparison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adverse witnesses


8.Comparison  of  a  disputed  writing  with any writing proved to the satisfaction of the court to be genuine shall be permitted to be

made by witnesses, and such writings, and the evidence of witnesses respecting those writ- ings, may be submitted to the court and jury as proof of the genuineness or otherwise of the writing in dispute.

R.S., c. E-10, s. 8.

9.(1)A party producing a witness shall not be allowed to impeach his credit by general ev- idence of bad character, but if the witness, in

the opinion of the court, proves adverse, the party may contradict him by other evidence, or, by leave of the court, may prove that the wit- ness made at other times a statement inconsis- tent with his present testimony, but before the last mentioned proof can be given the circum- stances of the supposed statement, sufficient to designate the particular occasion, shall be men-


8.Il est permis de faire comparer par té- moins une écriture contestée avec toute écriture dont l’authenticité a été établie à la satisfaction

du tribunal. Ces écritures, ainsi que les déposi- tions des témoins à cet égard, peuvent être sou- mises au tribunal et au jury comme preuve de l’authenticité ou non-authenticité de l’écriture contestée.

S.R., ch. E-10, art. 8.

9.(1)La partie qui produit un témoin n’a pas la faculté d’attaquer sa crédibilité par une preuve générale de mauvaise moralité. Toute-

fois, si le témoin est, de l’avis du tribunal, op- posé à la partie en cause, cette dernière partie peut le réfuter par d’autres témoignages, ou, avec  la  permission  du  tribunal,  peut  prouver que le témoin a en d’autres occasions fait une déclaration incompatible avec sa présente dépo- sition. Avant de pouvoir établir cette dernière preuve, les circonstances dans lesquelles a été faite la prétendue déclaration doivent être expo-


Comparaison d’écriture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoins opposés


Canada Evidence — March 16, 2014

 


 

 

 

 

 

Previous statements by witness not proved adverse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cross- examination as to previous statements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deposition of witness in criminal investigation

 

 

 

 

 

 

 

 

Cross- examination as to previous oral statements


tioned to the witness, and he shall be asked whether or not he did make the statement.

 

 

(2)Where the party producing a witness al- leges that the witness made at other times a statement  in  writing,  reduced  to  writing,  or

recorded on audio tape or video tape or other- wise, inconsistent with the witness’ present tes- timony, the court may, without proof that the witness is adverse, grant leave to that party to cross-examine the witness as to the statement and the court may consider the cross-examina- tion in determining whether in the opinion of the court the witness is adverse.

R.S., 1985, c. C-5, s. 9; 1994, c. 44, s. 85.

 

 

10.(1)On any trial a witness may be cross- examined as to previous statements that the witness made in writing, or that have been re-

duced to writing, or recorded on audio tape or video tape or otherwise, relative to the subject- matter of the case, without the writing being shown to the witness or the witness being given the opportunity to listen to the audio tape or view the video tape or otherwise take cog- nizance of the statements, but, if it is intended to contradict the witness, the witness’ attention must, before the contradictory proof can be giv- en, be called to those parts of the statement that are to be used for the purpose of so contradict- ing the witness, and the judge, at any time dur- ing the trial, may require the production of the writing or tape or other medium for inspection, and thereupon make such use of it for the pur- poses of the trial as the judge thinks fit.

(2)A deposition of a witness, purporting to have been taken before a justice on the investi- gation of a criminal charge and to be signed by

the witness and the justice, returned to and pro- duced from the custody of the proper officer shall be presumed, in the absence of evidence to the contrary, to have been signed by the wit- ness.

R.S., 1985, c. C-5, s. 10; 1994, c. 44, s. 86.

11.Where a witness, on cross-examination as to a former statement made by him relative to the subject-matter of the case and inconsis-

tent with his present testimony, does not dis- tinctly admit that he did make the statement, proof may be given that he did in fact make it, but before that proof can be given the circum-


sées au témoin de manière à désigner suffisam- ment l’occasion en particulier, et il faut lui de- mander s’il a fait ou non cette déclaration.

(2)Lorsque la partie qui produit un témoin invoque qu’il a fait à d’autres moments une dé- claration par écrit, qui a été prise par écrit ou

qui a été enregistrée sur bande audio ou vidéo ou autrement, et qui est incompatible avec sa présente déposition, le tribunal peut, sans que la preuve soit établie que le témoin est opposé à la partie en cause, accorder à cette partie la per- mission de le contre-interroger quant à la décla- ration et le tribunal peut tenir compte de ce contre-interrogatoire pour décider si, à son avis, il est opposé à la partie en cause.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 9; 1994, ch. 44, art. 85.

10.(1)Lors de tout procès, un témoin peut être contre-interrogé au sujet des déclarations antérieures qu’il a faites par écrit, qui ont été

prises par écrit ou qui ont été enregistrées sur bande audio ou vidéo, ou autrement, relative- ment au sujet de la cause, sans qu’il lui soit per- mis d’en prendre connaissance. Cependant, si l’on entend mettre le témoin en contradiction avec lui-même au moyen de cette pièce, l’on doit, avant de pouvoir établir cette preuve contradictoire, appeler son attention sur les par- ties de celle-ci qui doivent servir à le mettre ainsi en contradiction. Le juge peut toujours, au cours  du  procès,  exiger  la  production  de  la pièce dans le but de l’examiner et en faire, dans la poursuite de la cause, l’usage qu’il croit convenable.

 

 

 

(2)La déposition du témoin, donnée comme ayant été prise devant un juge de paix lors de l’enquête sur une accusation criminelle et si-

gnée  par  le  témoin  et  par  le  juge  de  paix, confiée à la garde du fonctionnaire compétent et  par  lui  produite,  est  présumée,  jusqu’à preuve contraire, avoir été signée par le témoin.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 10; 1994, ch. 44, art. 86.

 

 

11.Si un témoin, contre-interrogé au sujet d’une déclaration antérieure faite par lui relati- vement  au  sujet  de  la  cause  et  incompatible

avec sa présente déposition, n’admet pas claire- ment qu’il a fait cette déclaration, il est permis de prouver qu’il l’a réellement faite. Avant de pouvoir établir cette preuve, les circonstances


 

 

 

 

Déclarations faites antérieure- ment par un témoin qui n’a pas été jugé opposé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contre- interrogatoire au sujet de déclarations antérieures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déposition du témoin lors de l’enquête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contre- interrogatoire au sujet de déclarations antérieures

orales


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Examination as to previous convictions

 

 

 

 

 

 

Proof of previous convictions

 

 

How conviction proved


stances of the supposed statement, sufficient to designate the particular occasion, shall be men- tioned to the witness, and he shall be asked whether or not he did make the statement.

R.S., c. E-10, s. 11.

 

 

12.(1)A witness may be questioned as to whether the witness has been convicted of any offence, excluding any offence designated as a

contravention  under  the  Contraventions  Act, but including such an offence where the con- viction was entered after a trial on an indict- ment.

(1.1)If the witness either denies the fact or refuses to answer, the opposite party may prove the conviction.

 

(2)A conviction may be proved by produc- ing

(a)a certificate containing the substance and effect only, omitting the formal part, of the indictment and conviction, if it is for an in-

dictable offence, or a copy of the summary conviction, if it is for an offence punishable on summary conviction, purporting to be signed by the clerk of the court or other offi- cer having the custody of the records of the court in which the conviction, if on indict- ment, was had, or to which the conviction, if summary, was returned; and

(b)proof of identity.

R.S., 1985, c. C-5, s. 12; 1992, c. 47, s. 66.


dans lesquelles a été faite la prétendue déclara- tion doivent être exposées au témoin de ma- nière à désigner suffisamment l’occasion en particulier, et il faut lui demander s’il a fait ou non cette déclaration.

S.R., ch. E-10, art. 11.

12.(1)Un témoin peut être interrogé sur la question de savoir s’il a déjà été déclaré cou- pable d’une infraction autre qu’une infraction

qualifiée de contravention en vertu de la Loi sur les contraventions, mais incluant une telle infraction si elle aboutit à une déclaration de culpabilité par mise en accusation.

(1.1)Si le témoin nie le fait ou refuse de ré- pondre, la partie adverse peut prouver cette dé- claration de culpabilité.

 

(2)La déclaration de culpabilité peut être prouvée   par   la   production   des   éléments suivants:

a)un certificat contenant le fond et l’effet seulement, et omettant la partie formelle, de l’acte  d’accusation  et  de  la  déclaration  de

culpabilité, en cas de mise en accusation, ou une copie de la déclaration de culpabilité, si l’infraction est punissable par procédure sommaire, donnés comme étant signés par le greffier du tribunal ou un autre fonctionnaire préposé à la garde des archives du tribunal devant lequel la déclaration de culpabilité a été obtenue, en cas de mise en accusation, ou auquel la déclaration de culpabilité a été ren- voyée, en cas de procédure sommaire;

b)une preuve d’identité.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 12; 1992, ch. 47, art. 66.


 

 

 

 

 

 

 

Interrogatoire sur condamnations antérieures

 

 

 

 

 

 

Preuve de condamnations antérieures

 

 

Comment s’établit la déclaration de culpabilité


 

OATHS AND SOLEMN AFFIRMATIONS                                    SERMENTS ET AFFIRMATIONS SOLENNELLES


 

Who may administer oaths

 

 

 

 

 

 

 

Solemn affirmation by witness instead of oath


13.Every court and judge, and every person having, by law or consent of parties, authority to hear and receive evidence, has power to ad-

minister an oath to every witness who is legally called to give evidence before that court, judge or person.

R.S., c. E-10, s. 13.

14.(1)A person may, instead of taking an oath, make the following solemn affirmation:

 

I solemnly affirm that the evidence to be given by me shall be the truth, the whole truth and nothing but the truth.


13.Tout tribunal et tout juge, ainsi que toute personne autorisée par la loi ou par le consente- ment des parties à entendre et à recevoir des té-

moignages, peuvent faire prêter serment à tout témoin légalement appelé à déposer devant ce tribunal, ce juge ou cette personne.

S.R., ch. E-10, art. 13.

14.(1)Tout témoin peut, au lieu de prêter serment, choisir de faire l’affirmation solen- nelle qui suit:

J’affirme solennellement que le témoignage que je vais rendre sera la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.


Qui peut recevoir le serment

 

 

 

 

 

 

 

Affirmation solennelle au lieu du serment


Canada Evidence — March 16, 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Effect

(2)Where a person makes a solemn affirma- tion in accordance with subsection (1), his evi-

(2)Lorsque cette personne a fait cette affir- mation solennelle, sa déposition est reçue et a

 

Effet

 

dence shall be taken and have the same effect

as if taken under oath.

le même effet que si elle avait prêté serment.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 14; 1994, ch. 44, art. 87.

 

 

R.S., 1985, c. C-5, s. 14; 1994, c. 44, s. 87.

 

 

Solemn

15.(1)Where a person who is required or

15.(1)Si la personne tenue ou désireuse de

Affirmation

 

 
affirmation by deponent


who desires to make an affidavit or deposition in a proceeding or on an occasion on which or concerning a matter respecting which an oath is required or is lawful, whether on the taking of office or otherwise, does not wish to take an oath, the court or judge, or other officer or per- son qualified to take affidavits or depositions, shall permit the person to make a solemn affir- mation  in  the  words  following,  namely,  “I,

.............., do solemnly affirm, etc.”, and that solemn affirmation has the same force and ef- fect as if that person had taken an oath.


faire un affidavit ou une déposition, dans une procédure, ou en une circonstance dans la- quelle, ou au sujet d’une affaire à propos de la- quelle, un serment est exigé ou permis, soit en entrant en fonctions soit autrement, préfère ne pas prêter serment, le tribunal ou le juge, ou tout autre fonctionnaire ou personne autorisé à recevoir des affidavits ou des dépositions, per- met à cette personne, au lieu d’être assermen- tée, de faire une affirmation solennelle dans les

termes  suivants:  «  J’affirme  solennellement,

etc. ». Cette affirmation solennelle a la même

valeur et le même effet que si cette personne avait prêté serment suivant la formule ordi- naire.


solennelle par le déposant


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Effect

(2)Any witness whose evidence is admitted or who makes a solemn affirmation under this

(2)Tout témoin dont le témoignage est ad- mis ou qui fait une affirmation solennelle en

 

Effet

 

section or section 14 is liable to indictment and

punishment for perjury in all respects as if he had been sworn.

R.S., 1985, c. C-5, s. 15; 1994, c. 44, s. 88.

vertu du présent article ou de l’article 14 est

passible de mise en accusation et de punition pour parjure, à tous égards, comme s’il avait été assermenté.

 

 

 

L.R. (1985), ch. C-5, art. 15; 1994, ch. 44, art. 88.

 

Witness whose

16.(1)If a proposed witness is a person of

16.(1)Avant  de  permettre  le  témoignage

Témoin dont la

 

 
capacity is in question

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testimony under oath or solemn affirmation

 

 

 

 

Testimony on promise to tell truth


fourteen years of age or older whose mental ca- pacity is challenged, the court shall, before per- mitting the person to give evidence, conduct an inquiry to determine

(a)whether the person understands the na- ture of an oath or a solemn affirmation; and

 

(b)whether the person is able to communi- cate the evidence.

(2)A  person  referred  to  in  subsection  (1) who understands the nature of an oath or a solemn affirmation and is able to communicate

the evidence shall testify under oath or solemn affirmation.

(3)A  person  referred  to  in  subsection  (1) who does not understand the nature of an oath or a solemn affirmation but is able to communi-

cate the evidence may, notwithstanding any provision of any Act requiring an oath or a solemn affirmation, testify on promising to tell the truth.


d’une personne âgée d’au moins quatorze ans dont la capacité mentale est mise en question, le tribunal procède à une enquête visant à déci- der si:

a)d’une part, celle-ci comprend la nature du serment ou de l’affirmation solennelle;

 

b)d’autre part, celle-ci est capable de com- muniquer les faits dans son témoignage.

(2)La personne visée au paragraphe (1) qui comprend la nature du serment ou de l’affirma- tion solennelle et qui est capable de communi-

quer les faits dans son témoignage témoigne sous serment ou sous affirmation solennelle.

(3)La personne visée au paragraphe (1) qui, sans comprendre la nature du serment ou de l’affirmation solennelle, est capable de commu-

niquer les faits dans son témoignage peut, mal- gré qu’une disposition d’une loi exige le ser- ment ou l’affirmation, témoigner en promettant de dire la vérité.


capacité mentale est mise en question

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoignage sous serment

 

 

 

 

 

Témoignage sur promesse de dire la vérité


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


Inability to testify

 

 

 

 

 

Burden as to capacity of witness

 

 

 

 

 

 

 

 

Person under fourteen years of age

 

No oath or solemn affirmation

 

 

 

Evidence shall be received

 

 

 

 

Burden as to capacity of witness


(4)A  person  referred  to  in  subsection  (1) who neither understands the nature of an oath or a solemn affirmation nor is able to commu-

nicate the evidence shall not testify.

 

 

(5)A party who challenges the mental ca- pacity of a proposed witness of fourteen years of age or more has the burden of satisfying the

court that there is an issue as to the capacity of the proposed witness to testify under an oath or a solemn affirmation.

R.S., 1985, c. C-5, s. 16; R.S., 1985, c. 19 (3rd Supp.), s.

18; 1994, c. 44, s. 89; 2005, c. 32, s. 26.

16.1(1)A person under fourteen years of age is presumed to have the capacity to testify.

 

(2)A proposed witness under fourteen years of age shall not take an oath or make a solemn affirmation despite a provision of any Act that

requires an oath or a solemn affirmation.

(3)The evidence of a proposed witness un- der fourteen years of age shall be received if they  are  able  to  understand  and  respond  to

questions.

(4)A party who challenges the capacity of a proposed witness under fourteen years of age has the burden of satisfying the court that there

is an issue as to the capacity of the proposed witness to understand and respond to questions.


(4)La personne visée au paragraphe (1) qui ne comprend pas la nature du serment ou de l’affirmation solennelle et qui n’est pas capable

de communiquer les faits dans son témoignage ne peut témoigner.

(5)La partie qui met en question la capacité mentale d’un éventuel témoin âgé d’au moins quatorze ans doit convaincre le tribunal qu’il

existe des motifs de douter de la capacité de ce témoin de comprendre la nature du serment ou de l’affirmation solennelle.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 16; L.R. (1985), ch. 19 (3 e  sup- pl.), art. 18; 1994, ch. 44, art. 89; 2005, ch. 32, art. 26.

16.1(1)Toute personne âgée de moins de quatorze ans est présumée habile à témoigner.

 

(2)Malgré toute disposition d’une loi exi- geant  le  serment  ou  l’affirmation  solennelle, une telle personne ne peut être assermentée ni

faire d’affirmation solennelle.

(3)Son témoignage ne peut toutefois être re- çu que si elle a la capacité de comprendre les questions et d’y répondre.

 

 

(4)La partie qui met cette capacité en ques- tion doit convaincre le tribunal qu’il existe des motifs d’en douter.


Inaptitude à témoigner

 

 

 

 

 

Charge de la preuve

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoin âgé de moins de quatorze ans

 

Témoin non assermenté

 

 

 

 

Témoignage admis en preuve

 

 

 

 

Charge de la preuve


Court inquiry              (5)If the court is satisfied that there is an is- sue as to the capacity of a proposed witness un- der fourteen years of age to understand and re-

spond to questions, it shall, before permitting them to give evidence, conduct an inquiry to determine whether they are able to understand and respond to questions.


(5)Le tribunal qui estime que de tels motifs existent procède, avant de permettre le témoi- gnage, à une enquête pour vérifier si le témoin

a la capacité de comprendre les questions et d’y répondre.


Enquête du tribunal


 

Promise to tell truth

 

 

 

 

Understanding of promise


(6)The court shall, before permitting a pro- posed witness under fourteen years of age to give evidence, require them to promise to tell

the truth.

(7)No   proposed   witness   under   fourteen years of age shall be asked any questions re- garding their understanding of the nature of the

promise to tell the truth for the purpose of de- termining whether their evidence shall be re- ceived by the court.


(6)Avant de recevoir le témoignage, le tri- bunal fait promettre au témoin de dire la vérité.

 

 

 

(7)Aucune question sur la compréhension de la nature de la promesse ne peut être posée au témoin en vue de vérifier si son témoignage

peut être reçu par le tribunal.


Promesse du témoin

 

 

 

 

Question sur la nature de la promesse


Effect                               (8)For greater certainty, if the evidence of a witness under fourteen years of age is received


(8)Il est entendu que le témoignage reçu a le même effet que si le témoin avait prêté ser- ment.

2005, ch. 32, art. 27.


Effet


Canada Evidence — March 16, 2014

 

by the court, it shall have the same effect as if it were taken under oath.

2005, c. 32, s. 27.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Imperial Acts,

JUDICIAL NOTICE

17.Judicial notice shall be taken of all Acts

ADMISSION DOFFICE

17.Sont admises d’office les lois du Parle-

 

 

Lois impériales,

etc.

of  the  Imperial  Parliament,  of  all  ordinances

ment impérial, les ordonnances rendues par le

etc.

 

made by the Governor in Council, or the lieu-

gouverneur en conseil ou par le lieutenant-gou-

 

 

tenant governor in council of any province or

verneur en conseil de toute province ou colonie

 

 

colony  that,  or  some  portion  of  which,  now

qui fait, ou dont une partie fait, ou pourra faire,

 

 

forms or hereafter may form part of Canada,

partie du Canada, et les lois de la législature

 

 

and of all the Acts of the legislature of any such

d’une telle province ou colonie, qu’elles aient

 

 

province or colony, whether enacted before or

été édictées avant ou après la sanction de la Loi

 

 

after the passing of the Constitution Act, 1867.

constitutionnelle de 1867.

 

 

R.S., c. E-10, s. 17.

S.R., ch. E-10, art. 17.

 

Acts of Canada

18.Judicial notice shall be taken of all Acts of Parliament, public or private, without being

18.Sont admises d’office les lois fédérales, d’intérêt  public  ou  privé,  sans  que  ces  lois

Lois fédérales

 

specially pleaded.

soient spécialement plaidées.

 

 

R.S., c. E-10, s. 18.

S.R., ch. E-10, art. 18.

 

 

DOCUMENTARY EVIDENCE

PREUVE DOCUMENTAIRE

 

 

Copies by

19.Every copy of any Act of Parliament,

19.Tout   exemplaire   d’une   loi   fédérale,

 

Exemplaires de

 

 
Queen’s Printer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imperial proclamations, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proclamations, etc., of Governor General


public or private, published by the Queen’s Printer, is evidence of that Act and of its con- tents, and every copy purporting to be pub- lished by the Queen’s Printer shall be deemed to  be  so  published,  unless  the  contrary  is shown.

R.S., 1985, c. C-5, s. 19; 2000, c. 5, s. 52.

20.Imperial proclamations, orders in coun- cil, treaties, orders, warrants, licences, certifi- cates, rules, regulations or other Imperial offi-

cial records, Acts or documents may be proved

(a)in the same manner as they may from time to time be provable in any court in Eng- land;

(b)by the production of a copy of the Canada Gazette, or a volume of the Acts of Parliament purporting to contain a copy of

the same or a notice thereof; or

(c)by the production of a copy of them pur- porting to be published by the Queen’s Print- er.

R.S., 1985, c. C-5, s. 20; 2000, c. 5, s. 53.

21.Evidence of any proclamation, order, regulation or appointment, made or issued by the Governor General or by the Governor in

Council, or by or under the authority of any minister or head of any department of the Gov-


qu’elle soit publique ou privée, publiée par l’imprimeur de la Reine, fait preuve de cette loi et de son contenu. Tout exemplaire donné comme publié par l’imprimeur de la Reine est réputé avoir été ainsi publié, sauf preuve contraire.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 19; 2000, ch. 5, art. 52.

20.Les proclamations, décrets, traités, or- donnances, arrêtés, mandats, licences, certifi- cats, règles, règlements ou autres pièces offi-

cielles, lois ou documents impériaux peuvent être prouvés:

a)soit de la même manière qu’ils peuvent l’être devant les tribunaux en Angleterre;

b)soit par la production d’un exemplaire de la Gazette du Canada ou d’un volume des lois  fédérales,  donné  comme  en  contenant

une copie ou un avis;

c)soit par la production d’un exemplaire de ces documents donné comme publié par l’imprimeur de la Reine.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 20; 2000, ch. 5, art. 53.

21.La preuve de toute proclamation, de tout décret ou règlement pris, ou de toute nomina- tion faite par le gouverneur général ou par le

gouverneur en conseil, ou par un ministre ou chef  de  tout  ministère  du  gouvernement  du


l’imprimeur de la Reine

 

 

 

 

 

 

 

 

Proclamations impériales, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proclamations, etc. du gouverneur général


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proclamations, etc., of lieutenant governor


ernment of Canada and evidence of a treaty to which Canada is a party, may be given in all or any of the following ways:

(a)by the production of a copy of the Canada Gazette, or a volume of the Acts of Parliament purporting to contain a copy of

the treaty, proclamation, order, regulation or appointment, or a notice thereof;

(b)by the production of a copy of the proclamation, order, regulation or appoint- ment,  purporting  to  be  published  by  the

Queen’s Printer;

(c)by the production of a copy of the treaty purporting to be published by the Queen’s Printer;

(d)by the production, in the case of any proclamation, order, regulation or appoint- ment made or issued by the Governor Gener-

al or by the Governor in Council, of a copy or extract purporting to be certified to be true by the clerk or assistant or acting clerk of the Queen’s Privy Council for Canada; and

(e)by the production, in the case of any or- der, regulation or appointment made or is- sued by or under the authority of any minis-

ter   or   head   of   a   department   of   the Government of Canada, of a copy or extract purporting to be certified to be true by the minister, by his deputy or acting deputy, or by the secretary or acting secretary of the de- partment over which he presides.

R.S., 1985, c. C-5, s. 21; 2000, c. 5, s. 54.

 

 

 

22.(1)Evidence of any proclamation, or- der, regulation or appointment made or issued by a lieutenant governor or lieutenant governor

in council of any province, or by or under the authority of any member of the executive coun- cil, being the head of any department of the government of the province, may be given in all or any of the following ways:

(a)by the production of a copy of the offi- cial gazette for the province purporting to contain a copy of the proclamation, order,

regulation or appointment, or a notice there- of;

(b)by the production of a copy of the proclamation,  order,  regulation  or  appoint-


Canada, ou sous leur autorité, de même que la preuve d’un traité auquel le Canada est partie, peut être faite par les moyens ou l’un des moyens suivants:

a)la production d’un exemplaire de la Ga- zette du Canada, ou d’un volume des lois fé- dérales, présenté comme contenant une copie

ou un avis du traité, de la proclamation, du décret, du règlement ou de la nomination;

b)la production d’un exemplaire de la pro- clamation, du décret, du règlement ou de l’acte de nomination, donné comme publié

par l’imprimeur de la Reine;

c)la production d’un exemplaire du traité, donné comme publié par l’imprimeur de la Reine;

d)s’il s’agit d’une proclamation, d’un décret ou règlement pris par le gouverneur général ou le gouverneur en conseil, ou d’une nomi-

nation faite par lui, la production d’une expé- dition ou d’un extrait présenté comme certi- fié  conforme  par  le  greffier,  le  greffier adjoint ou le greffier suppléant du Conseil privé de la Reine pour le Canada;

e)s’il s’agit d’un décret ou d’un règlement pris, ou d’une nomination faite par l’autorité ou sous l’autorité d’un tel ministre ou chef

de ministère, la production d’une expédition ou d’un extrait donné comme certifié conforme par le ministre, ou son sous-mi- nistre ou sous-ministre suppléant, ou par le secrétaire ou le secrétaire suppléant du mi- nistère qu’il préside.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 21; 2000, ch. 5, art. 54.

22.(1)La preuve de toute proclamation, de tout décret ou règlement pris, ou de toute nomi- nation faite par le lieutenant-gouverneur ou le

lieutenant-gouverneur en conseil d’une pro- vince, ou par un des membres du conseil exécu- tif qui est aussi chef d’un ministère du gouver- nement de la province, ou sous l’autorité de ce membre, peut se faire par les moyens ou l’un

des moyens suivants:

a)la production d’un exemplaire de la ga- zette officielle de la province, donné comme contenant une copie ou un avis de la procla-

mation, du décret, du règlement ou de la no- mination;


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proclamations, etc. des lieutenants- gouverneurs


Canada Evidence — March 16, 2014

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

In the case of the territories

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidence of judicial proceedings, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certificate where court has no seal


ment purporting to be published by the gov- ernment or Queen’s Printer for the province; and

(c)by the production of a copy or extract of the proclamation, order, regulation or ap- pointment  purporting  to  be  certified  to  be

true by the clerk or assistant or acting clerk of the executive council, by the head of any department of the government of a province, or by his deputy or acting deputy, as the case may be.

 

 

 

(2)Evidence of any proclamation, order, regulation or appointment made by the Lieu- tenant  Governor  or  Lieutenant  Governor  in

Council of the Northwest Territories, as consti- tuted prior to September 1, 1905, or by the Commissioner in Council of the Northwest Territories or the Legislature of Yukon or the Legislature for Nunavut, may be given by the production of a copy of the Canada Gazette purporting to contain a copy of the proclama- tion, order, regulation or appointment, or a no- tice of it.

R.S., 1985, c. C-5, s. 22; 1993, c. 28, s. 78; 2000, c. 5, s.

55; 2002, c. 7, s. 96.

 

 

23.(1)Evidence   of   any   proceeding   or record whatever of, in or before any court in Great Britain, the Supreme Court, the Federal

Court of Appeal, the Federal Court or the Tax Court of Canada, any court in a province, any court in a British colony or possession or any court of record of the United States, of a state of the United States or of any other foreign country, or before any justice of the peace or coroner in a province, may be given in any ac- tion or proceeding by an exemplification or cer- tified copy of the proceeding or record, pur- porting  to  be  under  the  seal  of  the  court  or under the hand or seal of the justice, coroner or court stenographer, as the case may be, without any proof of the authenticity of the seal or of the signature of the justice, coroner or court stenographer or other proof whatever.

 

 

(2)Where any court, justice or coroner or court stenographer referred to in subsection (1) has no seal, or so certifies, the evidence may be

given by a copy purporting to be certified under


b)la production d’un exemplaire de la pro- clamation, du décret, du règlement ou de l’acte de nomination, donné comme publié

par l’imprimeur de la Reine ou du gouverne- ment pour cette province;

c)la production d’une expédition ou d’un extrait de la proclamation, du décret, du rè- glement ou de l’acte de nomination, donné

comme certifié conforme par le greffier, le greffier-adjoint ou le greffier suppléant du conseil exécutif, ou par le chef d’un minis- tère du gouvernement d’une province, ou son sous-ministre ou sous-ministre suppléant.

(2)La preuve de toute proclamation, de tout décret ou règlement pris, ou de toute nomina- tion faite par le lieutenant-gouverneur ou par le

lieutenant-gouverneur en conseil des Territoires du Nord-Ouest, tels qu’ils étaient constitués an- térieurement au 1er   septembre 1905, ou par le commissaire   en   conseil   des   Territoires   du Nord-Ouest  ou  la  Législature  du  Yukon  ou celle du Nunavut, peut aussi être faite par la production d’un exemplaire de la Gazette du Canada donné comme contenant une copie ou un avis de cette proclamation, de ce décret, de ce règlement ou de cette nomination.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 22; 1993, ch. 28, art. 78; 2000, ch.

5, art. 55; 2002, ch. 7, art. 96.

23.(1)La preuve d’une procédure ou pièce d’un tribunal de la Grande-Bretagne, ou de la Cour suprême, ou de la Cour d’appel fédérale,

ou de la Cour fédérale, ou de la Cour cana- dienne de l’impôt, ou d’un tribunal d’une pro- vince, ou de tout tribunal d’une colonie ou pos- session britannique, ou d’un tribunal d’archives des États-Unis, ou de tout État des États-Unis, ou d’un autre pays étranger, ou d’un juge de paix ou d’un coroner dans une province, peut se faire, dans toute action ou procédure, au moyen d’une ampliation ou copie certifiée de la procé- dure ou pièce, donnée comme portant le sceau du tribunal, ou la signature ou le sceau du juge de paix, du coroner ou du sténographe judi- ciaire, selon le cas, sans aucune preuve de l’au- thenticité de ce sceau ou de la signature du juge de paix, du coroner ou du sténographe judi- ciaire, ni autre preuve.

(2)Si un de ces tribunaux, ce juge de paix, ce coroner ou ce sténographe judiciaire n’a pas de sceau, ou certifie qu’il n’en a pas, la preuve

peut  se  faire  au  moyen  d’une  copie  donnée


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Territoires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve des procédures judiciaires, etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certificat si le tribunal n’a pas de sceau


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


the signature of a judge or presiding provincial court judge or of the justice or coroner or court stenographer, without any proof of the authen- ticity of the signature or other proof whatever.

R.S., 1985, c. C-5, s. 23; R.S., 1985, c. 27 (1st Supp.), s.

203; 1993, c. 34, s. 15; 1997, c. 18, s. 117; 2002, c. 8, s.

118.

 

 

 

Certified copies           24.In  every  case  in  which  the  original record could be admitted in evidence,

(a)a copy of any official or public docu- ment of Canada or of any province, purport- ing  to  be  certified  under  the  hand  of  the

proper officer or person in whose custody the official or public document is placed, or

(b)a copy of a document, by-law, rule, reg- ulation or proceeding, or a copy of any entry in any register or other book of any munici-

pal or other corporation, created by charter or Act of Parliament or the legislature of any province, purporting to be certified under the seal of the corporation, and the hand of the presiding officer, clerk or secretary thereof,

 

is admissible in evidence without proof of the seal of the corporation, or of the signature or official character of the person or persons ap- pearing to have signed it, and without further proof thereof.

R.S., c. E-10, s. 24.


comme certifiée sous la signature d’un juge ou du juge de la cour provinciale présidant ce tri- bunal, ou de ce juge de paix, de ce coroner ou de   ce   sténographe   judiciaire,   sans   aucune preuve de l’authenticité de cette signature, ni autre preuve.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 23; L.R. (1985), ch. 27 (1er  sup- pl.), art. 203; 1993, ch. 34, art. 15; 1997, ch. 18, art. 117;

2002, ch. 8, art. 118.

24.Sont  admissibles  en  preuve,  dans  tous les cas où la pièce originale pourrait l’être sans qu’il soit nécessaire de prouver le sceau de la

personne morale, non plus que la signature et le caractère officiel de la ou des personnes qui pa- raissent l’avoir signée, et sans autre preuve de ces actes:

a)la copie de tout document officiel ou pu- blic du Canada ou d’une province, donnée comme attestée sous la signature du fonc-

tionnaire compétent ou de la personne qui a la garde de ce document officiel ou public;

b)la copie d’un document, règlement admi- nistratif, règle, règlement ou procédure, ou la copie d’une écriture dans un registre ou dans

un autre livre d’une municipalité ou autre personne morale, créée par une charte ou par une loi fédérale ou provinciale, donnée comme attestée sous le sceau de cette muni- cipalité ou autre personne morale et revêtue de la signature du fonctionnaire présidant, du greffier ou du secrétaire de celle-ci.

S.R., ch. E-10, art. 24.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Documents officiels


 

Books and documents


25.Where a book or other document is of so public a nature as to be admissible in evidence on its mere production from the proper custody,

and no other Act exists that renders its contents provable by means of a copy, a copy thereof or extract therefrom is admissible in evidence in any court of justice or before a person having, by law or by consent of parties, authority to hear, receive and examine evidence, if it is proved that it is a copy or extract purporting to be certified to be true by the officer to whose custody the original has been entrusted.

R.S., c. E-10, s. 25.


25.Quand un registre ou livre ou un autre document est d’une nature assez publique pour être admissible en preuve sur simple production

par le fonctionnaire qui en a la garde, et s’il n’existe pas d’autre loi permettant d’en prouver le contenu au moyen de copie, une copie ou un extrait de ce livre ou document est admissible en preuve devant tout tribunal judiciaire, ou de- vant toute personne qui a, en vertu de la loi ou avec le consentement des parties, le pouvoir d’entendre, de recueillir ou d’examiner la preuve, s’il est prouvé que c’est une copie ou un extrait donné comme étant certifié conforme par le fonctionnaire à la garde de qui l’original a été confié.

S.R., ch. E-10, art. 25.


 

Livres et documents


Canada Evidence — March 16, 2014

 


Books kept in offices under Government of Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proof of non- issue of licence or document

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proof of mailing departmental matter


26.(1)A  copy  of  any  entry  in  any  book kept in any office or department of the Govern- ment of Canada, or in any commission, board

or other branch in the federal public administra- tion, shall be admitted as evidence of that entry, and of the matters, transactions and accounts therein recorded, if it is proved by the oath or affidavit of an officer of the office or depart- ment, commission, board or other branch in the federal public administration that the book was, at the time of the making of the entry, one of the ordinary books kept in the office, depart- ment, commission, board or other branch in the federal public administration, that the entry was made in the usual and ordinary course of busi- ness of the office, department, commission, board or other branch in the federal public ad- ministration and that the copy is a true copy thereof.

 

 

(2)Where by any Act of Parliament or regu- lation made under an Act of Parliament provi- sion  is  made  for  the  issue  by  a  department,

commission, board or other branch in the feder- al public administration of a licence requisite to the doing or having of any act or thing or for the issue of any other document, an affidavit of an  officer  of  the  department,  commission, board or other branch in the federal public ad- ministration,  sworn  before  any  commissioner or other person authorized to take affidavits, setting out that he or she has charge of the ap- propriate records and that after careful exami- nation and search of those records he or she has been unable to find in any given case that any such licence or other document has been is- sued, shall be admitted in evidence as proof, in the absence of evidence to the contrary, that in that case no licence or other document has been issued.

(3)Where by any Act of Parliament or regu- lation made under an Act of Parliament provi- sion is made for sending by mail any request

for information, notice or demand by a depart- ment or other branch in the federal public ad- ministration, an affidavit of an officer of the de- partment or other branch in the federal public administration, sworn before any commissioner or other person authorized to take affidavits, setting out that he or she has charge of the ap- propriate records, that he or she has a knowl- edge of the facts in the particular case, that the


26.(1)La  copie  de  toute  écriture  passée dans un livre tenu par un organisme ou minis- tère du gouvernement du Canada, ou par une

commission, un conseil ou un autre secteur de l’administration publique fédérale est admise comme preuve de cette écriture, et des affaires, opérations et comptes qui s’y trouvent consi- gnés, s’il est prouvé par le serment ou l’affida- vit d’un fonctionnaire de cet organisme, minis- tère, commission, conseil ou autre secteur de l’administration publique fédérale, que ce livre était à l’époque où l’écriture a été passée un des livres ordinaires tenus par cet organisme, mi- nistère, commission, conseil ou autre secteur de l’administration publique fédérale, que l’écri- ture a été passée dans le cours usuel et ordinaire des affaires de cet organisme, ministère, com- mission, conseil ou autre secteur de l’adminis- tration publique fédérale, et que cette copie en est une copie conforme.

(2)Lorsqu’une loi fédérale ou un règlement pris sous son régime prévoit l’émission, par un ministère, une commission, un conseil ou autre

secteur de l’administration publique fédérale, d’un permis requis pour l’exécution d’un acte ou la possession d’une chose ou prévoit l’émis- sion de tout autre document, un affidavit d’un fonctionnaire du ministère, de la commission, du conseil ou autre secteur de l’administration publique fédérale, reçu par un commissaire ou une autre personne autorisée à recevoir les affi- davits, portant qu’il a la garde des archives ou dossiers appropriés et qu’après avoir minutieu- sement examiné et fouillé ces archives ou dos- siers il a été incapable de constater, dans un cas particulier, l’émission d’un pareil permis ou autre document, établit, en l’absence de preuve contraire, qu’en ce cas aucun permis ou autre document n’a été émis.

 

 

(3)Lorsqu’une loi fédérale ou un règlement pris  sous  son  régime  prévoit  l’envoi  par  la poste d’une demande de renseignements, d’un

avis ou d’une réquisition formulée par un mi- nistère ou autre secteur de l’administration pu- blique fédérale, un affidavit d’un fonctionnaire du ministère ou de cet autre secteur de l’admi- nistration publique fédérale, reçu par un com- missaire ou une autre personne autorisée à rece- voir les affidavits, énonçant qu’il a la charge des archives appropriées, qu’il est au courant des faits relatifs au cas particulier, que cette de-


Livres tenus

dans les bureaux du

gouvernement du Canada

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve d’absence d’un permis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve de l’envoi par la poste de tout document ministériel


Preuve au Canada — 16 mars 2014

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proof of official character

 

 

 

 

 

 

 

Notarial acts in

Quebec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notice of production of book or document


request, notice or demand was sent by regis- tered letter on a named date to the person or firm to whom it was addressed (indicating that address) and that he or she identifies as exhibits attached to the affidavit the post office certifi- cate of registration of the letter and a true copy of the request, notice or demand, shall, on pro- duction and proof of the post office receipt for the delivery of the registered letter to the ad- dressee, be admitted in evidence as proof, in the absence of evidence to the contrary, of the sending and of the request, notice or demand.

 

 

(4)Where proof is offered by affidavit pur- suant to this section, it is not necessary to prove the official character of the person making the

affidavit if that information is set out in the body of the affidavit.

R.S., 1985, c. C-5, s. 26; 2003, c. 22, s. 104(E).

 

 

27.Any document purporting to be a copy of a notarial act or instrument made, filed or registered in the Province of Quebec, and to be

certified by a notary or prothonotary to be a true copy of the original in his possession as such notary or prothonotary, shall be admitted in evidence in the place and stead of the origi- nal and has the same force and effect as the original would have if produced and proved, but it may be proved in rebuttal that there is no original, that the copy is not a true copy of the original in some material particular or that the original is not an instrument of such nature as may, by the law of the Province of Quebec, be taken before a notary or be filed, enrolled or registered by a notary in that Province.

R.S., c. E-10, s. 27.

 

 

28.(1)No copy of any book or other docu- ment shall be admitted in evidence, under the authority of section 23, 24, 25, 26 or 27, on any

trial, unless the party intending to produce the copy has before the trial given to the party against whom it is intended to be produced rea- sonable notice of that intention.


mande, cet avis ou cette réquisition a été expé- dié par courrier recommandé, à une date déter- minée, à la personne ou firme à laquelle elle était adressée (indiquant l’adresse) et qu’il identifie, comme pièces jointes à cet affidavit, le certificat postal de recommandation de la lettre et une copie authentique de la demande, de l’avis ou de la réquisition en question, fait foi, sur la production et la preuve du récépissé postal décerné pour la livraison de la lettre re- commandée au destinataire, jusqu’à preuve contraire, de l’envoi et de la demande, de l’avis ou de la réquisition en question.

(4)Si la preuve est produite sous forme d’affidavit en conformité avec le présent ar- ticle, il n’est pas nécessaire de prouver la quali-

té officielle de la personne souscrivant l’affida- vit,  si  ce  renseignement  est  énoncé  dans  le corps de l’affidavit.

L.R. (1985), ch. C-5, art. 26; 2003, ch. 22, art. 104(A).

27.Tout document donné comme étant une copie d’un acte ou d’une pièce notarié, fait, dé- posé ou enregistré dans la province de Québec,

et comme étant certifié, par un notaire ou un protonotaire, copie conforme de l’original en sa possession à titre de notaire ou protonotaire, est admissible en preuve aux lieu et place de l’ori- ginal et a la même valeur et le même effet que si l’original avait été produit et prouvé. Cepen- dant, il peut être établi en contre-preuve qu’il n’en existe pas d’original, ou que cette copie n’est pas une copie conforme de l’original sous un rapport essentiel, ou que l’original n’est pas un document susceptible, en vertu du droit de la province de Québec, d’être reçu par un notaire, ou d’être déposé ou enregistré par un notaire dans cette province.

S.R., ch. E-10, art. 27.

28.(1)Aucune copie d’un livre ou d’un autre  document  n’est  admissible  en  preuve, sous l’autorité de l’article 23, 24, 25, 26 ou 27,

dans un procès, à moins que la partie qui a l’in- tention de la produire n’ait donné, avant le pro- cès, à la partie contre laquelle elle veut la pro- duire, avis raisonnable de son intention.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve de la qualité officielle

 

 

 

 

 

 

 

Actes notariés dans la province de Québec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avis de production d’un livre ou d’une pièce


 

 

Not less than 7 days

(2)The reasonableness of the notice referred to in subsection (1) shall be determined by the

(2)Le tribunal, le juge ou l’autre personne qui préside décide ce qui constitue un avis rai-

 

Au moins 7 jours

 

court, judge or other person presiding, but the

notice shall not in any case be less than seven days.

sonnable, mais l’avis ne peut dans aucun cas

être de moins de sept jours.

S.R., ch. E-10, art. 28.

 

 

R.S., c. E-10, s. 28.

 

 


Canada Evidence — March 16, 2014

 


Copies of entries         29.(1)Subject to this section, a copy of any entry in any book or record kept in any finan- cial institution shall in all legal proceedings be

admitted in evidence as proof, in the absence of evidence to the contrary, of the entry and of the matters, transactions and accounts therein recorded.


29.(1)Sous réserve des autres dispositions du présent article, une copie de toute inscrip- tion dans un livre ou registre tenu dans une ins-

titution financière fait foi dans toutes procé- dures judiciaires, jusqu’à preuve contraire, de cette inscription, ainsi que des affaires, opéra- tions et comptes y inscrits.


Copies des inscriptions


 

Admission in evidence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cheques, proof of “no account”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proof of official character

 

 

 

 

 

 

 

Compulsion of production or appearance


(2)A copy of an entry in the book or record described in subsection (1) shall not be admit- ted in evidence under this section unless it is

first proved that the book or record was, at the time of the making of the entry, one of the ordi- nary books or records of the financial institu- tion, that the entry was made in the usual and ordinary course of business, that the book or record is in the custody or control of the finan- cial institution and that the copy is a true copy of it, and such proof may be given by any per- son employed by the financial institution who has knowledge of the book or record or the manager or accountant of the financial institu- tion, and may be given orally or by affidavit sworn before any commissioner or other person authorized to take affidavits.

(3)Where a cheque has been drawn on any financial institution or branch thereof by any person, an affidavit of the manager or accoun-

tant of the financial institution or branch, sworn before any commissioner or other person au- thorized to take affidavits, setting out that he is the manager or accountant, that he has made a careful  examination  and  search  of  the  books and records for the purpose of ascertaining whether or not that person has an account with the financial institution or branch and that he has been unable to find such an account, shall be admitted in evidence as proof, in the absence of evidence to the contrary, that that person has no   account   in   the   financial   institution   or branch.

(4)Where evidence is offered by affidavit pursuant to this section, it is not necessary to prove the signature or official character of the

person making the affidavit if the official char- acter of that person is set out in the body of the affidavit.

 

 

(5)A financial institution or officer of a fi- nancial institution is not in any legal proceed- ings to which the financial institution is not a

party  compellable  to  produce  any  book  or


(2)Une copie d’une inscription dans ce livre ou registre n’est pas admise en preuve sous le régime du présent article à moins qu’il n’ait

préalablement été établi que le livre ou registre était, lors de l’inscription, l’un des livres ou re- gistres ordinaires de l’institution financière, que l’inscription a été effectuée dans le cours ordi- naire des affaires, que le livre ou registre est sous la garde ou la surveillance de l’institution financière, et que cette copie en est une copie conforme. Cette preuve peut être fournie par le gérant ou par le comptable de l’institution fi- nancière ou par tout employé de l’institution qui connaît le contenu du livre ou du registre et peut être donnée de vive voix ou par affidavit devant un commissaire ou une autre personne autorisée à recevoir les affidavits.

(3)Lorsqu’une  personne  a  tiré  un  chèque sur une institution financière ou une succursale d’une institution financière, un affidavit du gé-

rant ou comptable de cette institution financière ou succursale, reçu par un commissaire ou une autre personne autorisée à recevoir les affida- vits, énonçant qu’il en est le gérant ou le comp- table, qu’il a consulté et examiné attentivement les livres et registres en vue de constater si cette personne avait ou non un compte à l’institution financière ou à la succursale et qu’il a été inca- pable de découvrir un pareil compte, établit, en l’absence de preuve contraire, que cette per- sonne n’avait aucun compte à cette institution financière ou succursale.

 

 

(4)Lorsque  la  preuve  est  produite  sous forme d’affidavit en conformité avec le présent article, il n’est pas nécessaire de prouver la si-

gnature ou la qualité officielle de la personne souscrivant l’affidavit, si la qualité officielle de cette personne est énoncée dans le corps de l’affidavit.

(5)Dans les procédures judiciaires aux- quelles l’institution financière n’est pas partie, l’institution financière ou un officier de l’insti-

tution financière ne peut être contraint à pro-


Admissibilité en preuve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve de l’absence de compte quant aux chèques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Preuve de la